Accueil > DÉCOUVRIR / PRATIQUER > La lutte c'est quoi ? > La lutte olympique

La lutte olympique


Il existe 3 styles olympiques : 

  • la lutte gréco-romaine
  • la lutte libre, 
  • la lutte féminine.
Chaque année, dans chacun des 3 styles, ont lieu des championnats mondiaux (excepté les années olympiques) ainsi que des championnats continentaux. Ces trois styles sont également représentés aux Jeux Olympiques tous les quatre ans.

 Mélonin Noumonvi.JPG  

La lutte gréco-romaine fut le premier style à figurer au programme des Jeux Olympiques modernes d'Athènes en 1896. Elle reste un des piliers de l'olympisme et est certainement le style le plus connu.
Elle ne se pratique que sur le haut du corps, le règlement ne permettant que les actions au dessus de la ceinture. Les lutteurs n'ayant pas à se protéger d'attaques sur les jambes, la garde est donc plutôt haute.

La lutte libre est la plus pratiquée dans le monde. Elle fait son entrée au programme olympique des jeux modernes en 1904 à Saint Louis. Comme son nom l'indique, elle se pratique sur tout le corps et permet, à l'inverse de la lutte gréco-romaine, toutes formes d'attaques sur les jambes. La lutte libre se caractérise donc par une garde basse, à mi-distance voire à distance.
   libre.JPG
     
cynthia vescan.JPG  

La lutte féminine 

Longtemps considérée comme une discipline masculine par excellence, la lutte n'est plus l'apanage des hommes. Elle est représentée pour la première fois aux JO d'Athènes en 2004. La lutte féminine est une forme de lutte libre adaptée aux spécificités physiologiques et morphologiques des femmes. Ainsi, le règlement interdit l'exécution de certaines combinaisons technico-tactiques qui pourraient être préjudiciables à l'intégrité physique des ces dernières.

Guillaume JOMAND, doctorant en STAPS à Lyon, nous offre quelques pages sur l'histoire de la lutte féminine au détour d'un article publié le 2 février 2015 par la FFL. Cliquez ICI pour voir l'article.