Discours FILA et FFL 100ans

Intervention de Monsieur Alain BERTHOLOM lors de la soirée du centenaire de la fédération française de lutte - le samedi 7 décembre 2013

" Monsieur le Président du Comité National Olympique du Sport Français,

Monsieur le Secrétaire Général, représentant le Président de la Fédération Internationale des Luttes Associées,

Madame la Conseillère, représentant la Ministre de la Jeunesse et des Sports,

Madame, Monsieur, Chers Amis Sportifs,

C’est un grand plaisir pour moi, un véritable privilège, de vous accueillir ce soir dans la Maison du Sport Français, à l’occasion du Centenaire de notre Fédération, cette « vieille dame » qui se porte comme un charme, qui avance, contre vents et marées, cette « grande dame » qui a vu passer tant de champions et de personnalités.

Je pense, tant chacun est inscrit dans l’histoire de notre Fédération, que je n’en oublierai aucun,  mais je ne peux pas les citer tous.

Aussi, c’est au travers de quelques-uns que je les saluerai ici dans leur ensemble, je veux parler de M. Roger COULON, Président de la FILA,

de Messieurs Henri DEGLANE, Charles PACOME, Emile POILVE, et Steeve GUENOT, tous 4 Champions Olympiques.

Comme je vous l’ai dit, cette liste n’est pas exhaustive, ni pour le passé bien sûr, ni pour l’avenir et l’avenir nous le dira…

A cela il convient de rajouter les grands évènements, continentaux et mondiaux, qui ont jalonnés la vie fédérale tout au long de ces années. De la même façon je n’en citerai que quelques-uns,

- Clermont-Ferrand en 1987,

 - Besançon en 1995

- Créteil en 2003…

Et, pourquoi ne pas les citer tout de suite, les championnats du monde que nous souhaitons voir se dérouler à Paris en 2017.

Mais ce n’est pas tout, au cours de ce centenaire, 3 disciplines ont rejoint la FFL, contribuant ainsi à la développer et la diversifier. Je parle bien sûr de la Lutte Bretonne, du Sambo et du Grappling.

Tout cela fait de cette soirée, au cours de laquelle les médaillés de l’année dans les épreuves de références seront également mis à l’honneur, un moment festif et joyeux dont les souvenirs comme les projets font partie. Qu’elle soit aussi un moment de retrouvailles, d’échanges et d’émotions pour chacun d’entre nous.

Personnellement, c’est pour moi un grand bonheur de retrouver, ici ce soir, ou en pensée, celles et ceux qui ont fait notre Fédération tout au long de ces années, dirigeants, techniciens, arbitres et bien sûr nos championnes et champions, qui portent haut et aux quatre coins du monde les couleurs françaises, qui nous font vibrer passionnément et sans qui nous n’aurions rien à fêter ce soir.

Tous n’ont pu être là aujourd’hui, c’est dommage, on n’a pas tous les jours cent ans, mais, vous le savez aussi bien que moi, contrairement à ce que l’on pourrait croire, on ne fait pas toujours ce que l’on veut…

Quoiqu’il en soit, l’histoire de la Fédération Française de Lutte est riche et nous pouvons en être fiers.

Notre fédération, l’une des plus anciennes dans le paysage sportif français, a souvent été novatrice. Et si nous ne devions retenir qu’un seul exemple, c’est sans doute le fait d’avoir été le précurseur de la mixité de notre sport, qui a permis de voir apparaitre la lutte féminine aux JO de 2004 à Athènes.

Cette année du centenaire avait pourtant fort mal débutée, avec cette annonce inconcevable : la lutte ne serait plus Olympique ! La Lutte, l’une des disciplines à l’origine même des Jeux Olympiques, allait disparaitre, purement et simplement, de cet évènement planétaire!

Mais, l’onde de choc que cette annonce a provoquée a permis une mobilisation générale de notre monde et au-delà, et notamment en France. Une mobilisation à la hauteur du traumatisme.

D’abord KO debout, les combattants que nous sommes n’ont pas fait que retenir leur souffle jusqu’au 8 Septembre dernier, date de la décision du CIO pour le maintien de nos disciplines dans le giron Olympique. Et notre pugnacité face à cet incident majeur dans l’histoire de l’Olympisme, a permis de sensibiliser les médias, les institutionnels et les acteurs économiques aux vertus de notre Sport.

Notre faculté, notre détermination, à défendre nos valeurs avec tant d’énergie, les a forcément interpellés. Nous étions mourants, nous avons su renaître de nos cendres. Mais nous devons rester vigilants et poursuivre le travail entrepris par la FILA, un travail vers une modernité évidemment nécessaire.

Nous avons su nous rassembler autour de notre Fédération et de nos disciplines, souhaitons que cette mobilisation ne faiblisse pas et qu’elle nous permette d’aborder, avec la même envie et les mêmes convictions, les 100 prochaines années autour de notre passion commune : la Lutte !

A vous toutes et tous, dont je remercie la présence, je souhaite une très belle soirée.

Joyeux anniversaire à vous Madame FFL et vive la Lutte Olympique ! "

Intervention de Monsieur Michel DUSSON - secrétaire général de la FILA -  lors de la soirée du centenaire de la fédération française de lutte - le samedi 7 décembre 2013

Monsieur le président tu CNOSF Denis MASSEGLIA,

Monsieur le directeur des sports,

Monsieur le président de la FFL Alain BERTHOLOM

Mesdames, messieurs, Chers amis,

C’est une grande émotion pour moi que de me retrouver parmi vous tous  pour souhaiter un excellent anniversaire à cette dynamique Centenaire qu’est la Fédération Française de Lutte. C’est une émotion d’autant plus grande que j’ai eu la chance de pouvoir servir la Fédération Française de Lutte directement en étant son président et maintenant d’un peu plus loin, mais tout aussi chaleureusement.

Je n’ai pas oublié le chemin parcouru, les joies, les défaites et je n’ai jamais oublié tous celles et ceux qui ont fait de la FFL une grande Fédération depuis son tout premier président, ses premiers lutteurs, ses premières lutteuses, ses premiers champions de France, ses Champions Internationaux qui pour certains et certaines sont parmi nous aujourd’hui prouvant ainsi leur attachement à la FFL, er à la Lutte.

Je n’ai pas oublié et je n’oublie pas non plus tout ceux qui dirigeants, entraineurs, arbitres nationaux, internationaux et olympiques, bénévoles à quelque niveau que ce soit, club, comité régional, action nationale ont donné et donnent de leur temps pour que ce sport qu’ils aiment continue à vivre.

La lutte vient de connaître des temps très difficiles conséquences de la recommandation de la commission exécutive du CIO de retirer la lutte du programme des Jeux Olympiques. L’épée de Damoclès s’est quelque peu éloignée de nous, mais nous devons rester vigilent jusqu’en 2014 et relever les manches, réagir avec force et détermination pour protéger le sport que nous aimons tous.

La FILA, avec le soutien de toutes les fédérations nationales affiliées est déterminée à restaurer la confiance et l’image de la Lutte.

Cette crise, est pour la FILA une opportunité que nous ne devons pas laisser passer. Nous nous devons d’écouter tous les acteurs de la lutte à quelque niveau que cela soit, les écouter, les associer à l’édification de notre futur et tendre la trame de la lutte de demain.

La FILA a toujours œuvré dans l’intérêt supérieur de la lutte, rien ni personne ne pourra nous détourner de cette mission, c’est un devoir que nous avons envers vous tous qui travaillez pour cette discipline si belle qu’est la lutte.

L’immense succès de tous nos styles aux J.O. de Londres et le développement spectaculaire que nous enregistrons sur tous les continents nous indiquent que ce futur a déjà commencé.

Et, au risque de me répéter, je tiens à féliciter la FFL de sa longévité, cette longévité qu’elle doit à l’opiniâtreté de tous : dirigeants, lutteurs, arbitres, entraineurs, bénévoles qui se sont succédés pour faire de cette fédération une des plus prestigieuses des fédérations de sports françaises.

La FFL peut être fière de ce qu’elle est devenue et se montrer sereine pour l’avenir.

Monsieur le président tu CNOSF Denis MASSEGLIA,

Monsieur le directeur des sports,

Monsieur le président de la FFL Alain BERTHOLOM

Mesdames, messieurs, Chers amis,

Merci à vous tous pour ce que vous faites pour la lutte 

Documents joints à cet article